Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
asoliloque.overblog.com

Des déesses, des diablesses, des petits monstres magnifiques...

Soap&Skin, to burn or not to burn...

Publié le 22 Novembre 2012 par Asoliloque in musique, concert, Soap&skin, mythologie, déesse

Dans la mythologie grecque, il revient souvent la notion d'incompatibilité entre les dieux et les humains, ce qui oblige ces premiers à agir de manière fourbe pour les contrôler ou les inspirer. Dans les écrits, un dieu ne peut même pas apparaître sous sa vraie forme car un humain ne saurait être capable de supporter son immanence. 

La mortelle Sémélé en fit d'ailleurs les frais, convaincue par Héra, jalouse comme pas permis, de demander à Zeus, avec qui elle baisouillait (d'où la jalousie), de se montrer à elle sous son vrai jour, afin de prouver qu'il n'était pas un monstre. Ce dernier, ayant promis à l'avance – et vous savez sans doute à quel point les serments se doivent d'être respectés dans la mythologie, se vit obligé d'accéder à sa requête.

C'est alors que la demoiselle se transforma en torche humaine, littéralement consumée par la beauté transcendante du dieu. D'ailleurs, dans le film Sunshine, où les rapports entre soleil et Dieu sont plus que suggérés, une scène fait écho à ce fait mythologique. Quand l'équipe du premier vaisseau a totalement ouvert le filtre qui la séparait du Soleil, donc de Dieu, elle s'est transformée en poussière, littéralement vaporisée.

Tout ça pour dire que même en étant pas croyant, on peut ressentir parfois l'impossibilité de confrontation entre deux êtres, quand l'un des deux est idolâtré au delà du raisonnable par l'autre. Il existe deux stades où la confrontation est compliquée : La célébrité, et dans ce cas, il est difficile de s'en approcher à cause de toutes les groupies qui naviguent autant de la personne, et la Foi, où l'on porte un tel espoir envers quelqu'un que cela touche presque au religieux et que voir ce quelqu'un reviendrait à voir un dieu ou une déesse, et pourrait nous tuer sur place.

Comment donc, une fois que l'on s'est presque fait à l'idée qu'on partagera la même salle qu'une déesse, se retrouver écarté de la salvation ? En lisant ceci :

 

« Concert de Soap&Skin annulé – La dame est malade »

 

Très triste et presque amusant de constater que je rate la déesse à cause d'une raison banale et mortelle.

Et puis cette question, au delà de l'anéantissement : était-ce un mal pour un bien ? Aurais-je brûlé si je m'étais retrouvé face à Anja Plaschg ? Peu importe si 500 (ou plus, ou moins, qu'en sais-je...) personnes se retrouvent aussi lésées que moi, elles n'ont aucune importance.

J'avais pris la décision de risquer ma vie ce soir. Rien de pire que de se la faire sauver pour ne retrouver que le vide et l'ennui.

 

Soap&Skin, to burn or not to burn...
Commenter cet article