Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
asoliloque.overblog.com

Des déesses, des diablesses, des petits monstres magnifiques...

Journal de Sisyphe (6)

Publié le 2 Décembre 2012 par Asoliloque in écriture, journal, sisyphe

Lundi

Le chat d'Anna est mort pendant la nuit. Enterré avec les honneurs dans le sac poubelle de la cuisine. Nous décidons, en guise d'hommage, de transférer le budget croquettes sur celui de l'alcool.

 

Mardi

D'ordinaire, le réveillon de Noël se fait en famille. Par conséquent, je préfère le passer avec Anna, qui elle non plus n'a pas envie de se farcir son arbre généalogique à table. La mort de Schopenhaur – Anna a toujours eu des goûts particuliers en ce qui concerne les noms d'animaux – est tombée au bon moment, on a pu doubler la ration de gin et de martini. Nous décidons également de faire flamber au rhum chaque élément du repas en écoutant On boira d'la bière de Mano Solo et Copyright apéro mundi d'Hubert-Félix Thiéfaine.
Il faut toujours filer les métaphores éthyliques.

 

Mercredi

L'alcool rend extatique pendant et malheureux ensuite. Ce qui lui confère déjà deux avantages par rapport à l'existence qui n'a souvent à proposer qu'un vague ennui nauséeux.
Quelle preuve d'amour peut-on donner à quelqu'un quand on est terrifié par la douleur, l'abandon et l'oubli ? Accepter pendant quelques instants de ne pas se retourner. Avoir suffisamment de foi pour ne pas trembler. Se dire qu'au fond, le bonheur, c'est pas si terrible que ça, et serrer jusqu'à l'étouffement.

 

Jeudi

Nous avons passé la journée de Noël hors du monde, sur le carrelage de la cuisine (merci le chauffage au sol). Au dehors, sans doute que les repas de famille s'éternisaient, dans l'allégresse, les blagues vaseuses et les cris d'enfants. Nous ne sommes plus que des carcasses éreintées.
L'intimité est la question la plus fondamentale après le suicide. Je n'ai jamais compris que la majorité des gens semblent intégrer aussi facilement le concept de contact entre les êtres. Comme s'il n'y avait rien de traumatisant à partager un même espace, à garder contre soi un corps étranger quand on a déjà tellement de mal à tolérer le sien. Peut-être que si j'accepte Anna, c'est parce que malgré ses grands airs, elle pense la même chose. Cette relation devient un contrat de non agression : « N'aie pas peur, je sais ce que c'est d'avoir peur. »

 

Vendredi

L'avantage avec Noël, c'est que le nouvel an enchaîne juste après. C'est bien la seule période de l'année ou la déchéance alcoolisée est socialement encouragée. Une manière de lâcher du lest pour bien rappeler au monde sa condition d'esclave le reste du temps.

 

Samedi

Nous faisons l'inventaire de nos amis respectifs afin de déterminer si nous allons nous entourer à l'occasion du réveillon. Le problème étant qu'on ne boit jamais si bien qu'à deux, rajouter des participants apparaît comme du gâchis. Je pense à Euclide qui a réussi à se payer un voyage pour la Martinique. Il a toujours détesté le soleil. Mais il voue à la neige un dégoût si profond qu'il préfère encore bronzer un peu. Par la fenêtre, on ne peut que lui donner raison, tant les éléments semblent s'être entendus pour nous plonger dans un tableau de William Turner, les bateaux en moins.

 

Dimanche

Heureusement que je peux envoyer mes articles par e-mail, je ne supporterais pas de prendre ma bagnole par ce temps, patiner dans la boue comme un gamin passant sa 1ère étoile, braver le froid, les embouteillages, les klaxons, arriver dans un bureau au linoléum rendu collant par le chauffage électrique, faire de la paperasse, des réunions, boire un café dégueu, manger un sandwich dégueu, refaire tout le début dans le sens inverse, pour ensuite me coucher avec l'agréable impression d'avoir totalement perdu ma journée. Une étude a montré que derrière le sexe et les réseaux sociaux, le travail est l'addiction la plus développée chez les français. Et dire qu'il m'arrive de penser que je suis névrosé.

 

Commenter cet article

Pas 04/12/2012 20:50

Joyeusement joyeux.