Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
asoliloque.overblog.com

Des déesses, des diablesses, des petits monstres magnifiques...

Journal de Sisyphe (1)

Publié le 14 Novembre 2012 in écriture, journal, sisyphe

Lundi

Euclide est la personne la plus complexée et névrosée que je connaisse, et c'est pour cette raison que c'est mon meilleur ami. Il restaure mon ego en flinguant le sien. Euclide est du genre à garder coûte que coûte la bouteille de vin au resto, même s'il est imbuvable, pour que le serveur n'ait pas à en déboucher une nouvelle. Il fait toujours en sorte d'avoir les 10 centimes pour faire le compte à la boulangerie. Et quand il couche avec des filles, il va jusqu'à leur demander de ne pas porter plainte pour viol, ça ne lui viendrait pas à l'idée qu'elles puissent être là de leur plein gré.
Pourtant, Euclide est plus beau que je ne le serai sur dix générations, au point de faire vaciller mon quotient d'hétérosexualité. Il a la joliesse mathématique, ce qui explique sans doute son nom à la con. Et cela lui permet de faire varier de manière assez récurrente les pensionnaires de son plumard : il a déjà bien du mal à tolérer qu'une femme veuille de lui, hors de question de lui laisser en plus l'opportunité de se lasser. Comme tout humain moderne terrifié à l'idée de crever seul, il ne supporte pas la même compagnie deux jours de suite.

Euclide est l'homme que j'aurais pu devenir si Anna n'accaparait pas déjà la moindre parcelle de mes désirs romantiques et lubriques (l'ordre varie suivant l'heure et la quantité d'alcool).

Mardi

Euclide m'appelle à 4h du matin, en pleine crise d'angoisse post-coïtale. Il me hurle à l'oreille :
- C'est horrible que les femmes soient avec moi pour mon physique !
- Tu préférerais qu'elles le soient pour ta conversation ?
La réponse semble le rassurer, il raccroche, et je peux continuer à ne pas dormir en pensant aux articles que je n'ai pas encore écrit.

Mercredi

Patrick a publié sur Facebook une photo que tous les cons du monde ont déjà posté ou posteront un jour sur Facebook. Elle montre le bellâtre allongé avec la Tour de Pise au fond du plan. La magie de la superposition transforme la tour en un énorme substitut pénien. Finalement, la métaphore a du vrai. Avec le temps, la tour continuera à pencher, pencher, jusqu'à s'effondrer dans un nuage d'impuissance. Les hommes aussi ravis d'annoncer qu'ils finiront mous de la tige m'ont toujours épaté.

Jeudi

Je suis avec Anna à la terrasse d'un café avec vue sur la rue, ce qui fait du jeudi le plus beau jour de la semaine. Elle m'expose une théorie après observé une jeune femme traverser le trottoir.
- Je ne vois que deux hypothèses pouvant expliquer l'existence des talons aiguille.
- Je t'écoute.
- Soit Dieu n'existe pas, et tu sais à quel point cette solution provoquerait chez moi une grande satisfaction, soit Dieu existe, et il devait s'en fumer des longs comme l'avenue des Champs Élysées le jour où il a inventé ça.
- Troisième hypothèse : Dieu est un homme qui aime reluquer le cul des filles.
- Je ne vois pas le rapport. Je n'ai pas plus de mal à reluquer le cul des filles qui ne portent pas de talons aiguille.

J'aime sa manière de manger sa rondelle de citron en entier avant de boire son Gin tonic. J'aime sa façon de le boire à la paille pour avoir l'impression que le verre se vide moins vite. Et j'aime l'entendre dire qu'elle aime regarder les femmes. Juste avant d'être jaloux

Vendredi

Ça m'étonnerait franchement que Lana Del Rey porte un pull H&M à 11,95€. La publicité n'essaye même plus de cacher le fait qu'elle nous prend pour des cons.

Samedi

J'aimerais faire découvrir Barcelone à Anna. Dommage qu'elle connaisse mieux la ville que moi. On irait se chopper des aphtes en enquillant les jus de kiwi pressés vendus 2€ pièce dans le marché couvert de la Boqueria, on dégusterait des langoustines sur la barceloneta, avant d'avaler une crème catalane dans le quartier gothique. Tout voyage est avant tout culinaire. Ou sexuel. Ce qui revient à peu près à la même chose. L'érotisme ne se conjugue pas avec un ventre vide.

Dimanche

J'apprends qu'Anna est allergique aux kiwis et qu'elle déteste les langoustines. Comment la cible de tous mes fantasmes peut-elle se montrer si redoutable quand il s'agit de les démolir ?

 

Commenter cet article