Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
asoliloque.overblog.com

Des déesses, des diablesses, des petits monstres magnifiques...

Hors-champ (9) : La face cachée de la Lune

Publié le 5 Juin 2013 par Asoliloque in hors-champ, écriture

Suite du hors-champ n°8  (navré pour la mise en forme dégueulasse, Overblog complote contre moi...)

 

La face cachée de la lune

 

Je me suis retrouvé comme un con au milieu du couloir, Jean-Claude reparti cuver dans un coin. C'est alors que j'ai vu réapparaître la fille, avec ses jambes et ses cheveux noirs.

- Où tu étais passée ?

- Partie pisser. Faut un visa ?

Je lui ai tendu le briquet en guise de présentations :

- Yann.
- Ah, tu files des noms à tes briquets, toi ?

Je commençais à voir quel genre de nana c'était, à la répartie facile, qui prenait pas le temps de se faire emmerder. Elle m'a tout de même invité à la suivre à la cuisine, après m'avoir délesté du feu. Elle a ouvert un buffet avant d'en sortir une bouteille de gin.

- Toujours prévoir ses propres provisions. On sait pas ce qu'ils foutent dans leurs verres. Une fois, ils avaient gonflé le truc au LSD, j'ai mis deux semaines à retrouver le chemin de la porte.

Je ne savais pas si elle me parlait directement ou si elle se livrait à l'exercice périlleux du soliloque, toujours est-il qu'elle a fini par me tendre la bouteille. Un litre de gin à deux, ça risquait de filer rapide. Nous en sommes surtout revenus au projet initial, celui de s'enfumer le museau, j'ai simplement troqué ma cigarette contre le joint que la fille m'a invité à partager. Le succès d'une soirée se joue à peu de choses.

Nous parlions peu, je la regardais beaucoup, il faut dire qu'il y avait de quoi faire. Après quelques gins, je lui ai quand-même demandé son nom.

- Les prénoms, c'est tellement ennuyeux. Tu peux encore t'imaginer celui que tu veux, profites-en.

Et puis elle a enchaîné, sans se soucier véritablement de la liaison des sujets.

- Tu ressembles un peu à Harvey Keitel, mais en moins vieux.

- C'est rassurant. Si c'était en plus vieux, ça voudrait dire que je suis mort.

A travers la porte qu'on avait refermée, on entendait la sono qui déversait son dégueulis de décibels, vaguement mis en ordre par U2. A croire que c'est RTL2 qui faisait la programmation.

Le temps passait lentement, ou peut-être qu'on se resservait suffisamment vite pour ne pas avoir l'impression de vider notre verre. Comme j'étais assis sur le plan de travail, mes jambes battaient dans le vide et commençaient à accueillir quelques colonies de fourmis.

La fille avait la voix remplie de fins de soirée, mais le rauque lui allait bien. Quand elle allumait ses clopes, la flamme éclairait son visage par en dessous, et toutes les ombres prenaient vie. Il y a des gens, la grâce leur tombe dessus, et chacun de leurs gestes paraissaient alors calculés pour donner aux observateurs un sentiment extrême de plénitude, comme si l'univers, pour une fois, avec décidé d'accorder ses violons.

J'ai été interrompu dans ma rêverie par un connard qui a ouvert la porte :

- Hey, y'a l'un de vous qu'est encore net ? Y'a Michel qui fait un coma éthylique, faudrait l'emmener à l'hosto, genre avec une bagnole.

J'ai toujours détesté les hommes. Déjà parce qu'ils sont pour la plupart très laids, ensuite parce qu'ils semblent toujours vouloir prendre plus de place qu'ils n'en méritent. Ils débordent de leur corps, s'étalent dans l'espace, suent leur médiocrité. Celui-là ne risquait pas de restaurer le blason de l'espèce dont j'étais bien malgré moi un des représentants. D'autant plus face à ma compagne de boisson improvisée..

Devant notre absence de réponse, il est parti fouiner ailleurs.

- Tu y vas si tu veux, je suis pas en état de conduire. Et je me fous de ce type.

J'étais assez d'accord avec elle, et j'avais de toute façon implicitement décidé qu'un attentat à la bombe ne me ferait pas sortir de cette cuisine si elle y restait. J'ai quand-même tâché de me remettre sur mes jambes en descendant du plan de travail. Au sol, je me suis rendu compte que je tanguais violemment. J'ai regardé au dehors, la lune était pleine. Il faut croire que moi aussi.

Commenter cet article