Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
asoliloque.overblog.com

Des déesses, des diablesses, des petits monstres magnifiques...

Hors-champ (49) : Les Pommes paumées

Publié le 14 Mai 2016 par Asoliloque in écriture, hors-champ, marathon

Ecrit dans le cadre d'un marathon d'écriture.

Thème : De Terrain connu à terre inconnue

 

 

Les Pommes paumées

 

 

Elle décroche une pomme d'un arbre tordu et me la lance.

 

- Tiens, tu m'en diras des nouvelles.

 

Je la fais tourner entre mes doigts, son apparence ne recèle rien de particulier, rien d'inquiétant.

 

- Les zones de contamination sont très variables, à force, je commence à toutes les connaître. Et je peux t'assurer que dans ce coin, ça ne risque rien. Cette pomme n'est pas plus irradiée que ne sont recouvertes de pesticides celles que tu achètes dans ton Carrefour de province.

 

Cette fille semble s'y connaître, c'est pour cette raison qu'on me l'a recommandée. Mais vais-je prendre le risque de choper un cancer à l'estomac juste pour lui faire plaisir ? Sans être d'un naturel soucieux, je sais que la centrale de Tchernobyl se dresse à quelques encablures et qu'on ne plaisante pas avec ce colosse aux pieds d'argile. La plupart des atomes mortels répandus dans la nature n'auront disparu que dans plusieurs centaines de milliers d'années, il est donc fort probable qu'ils me survivent. A ce titre, je ne la ramène pas trop.

 

Finalement, pris par la même curiosité que celle qui me pousse à tester à la main les enclos électriques protégeant le bétail, j'attaque le fruit dans une magnifique référence à Blanche-Neige. Merde alors, bien meilleure que les pommes de chez moi. Je m'en tiens néanmoins à cette unique bouchée et balance discrètement le reste dans les fourrés qui bordent le chemin. La fille a repris sa route, de son pas leste et ample, on voit que c'est ici, là où l'humanité tout entière serait perdue, qu'elle est chez elle. A quoi ressemblait sa vie, avant ? Allait-elle à la fac, dans les bars, avait-elle d'autres amis que les fantômes qui hantent encore les abords de Pripiat ? Pourquoi renoncer au confort contemporain, à la douce illusion du non sens, et se couler à corps perdu dans un inconnu dangereux et imprévisible ? Quelque chose me dit que ce n'est pas juste une crise d'ado tardive.

 

- Hé, monsieur le journaliste, tu suis ?

 

Ah oui, c'est vrai que je me suis présenté comme tel. Envoyé ici par une rédaction française pour couvrir les trente ans de l'accident. Je pensais que cela m'ouvrirait quelques portes, la vérité est qu'il n'y a plus de portes et que tout le monde s'en fout de qui vous êtes tant que vous ne faites pas de vagues. Il y a bien quelques postes de contrôle à franchir, mais personne n'a envie de vous arrêter, si vous êtes assez con pour risquer votre vie, c'est votre problème. Beaucoup d'anciens habitants de Pripiat sont revenus dans les environs, et des tour operators organisent des virées pour touristes intrépides. Elle est loin l'époque où la Zone ne représentait qu'une obscure contrée démoniaque, hors du monde et du temps. Le capitalisme s'est infiltré jusqu'ici, dans les marais poisseux, les carcasses de voitures rouillées, les jouets abandonnés, histoire d'ajouter du cynisme à la morale.

 

C'est pour cette raison que j'avais décidé de prendre un autre guide. Quelqu'un qui aurait du respect pour cet endroit, qui ne le verrait pas comme une base avancée pour colonie de vacances. Quelqu'un qui connaitrait le pouvoir d'attraction de l'atome. Et qui saurait m'emmener plus loin que les bus assermentés.

 

Parce que mon objectif n'était certainement pas de ramener une photo de la grande roue de Pripiat.

Hors-champ (49) : Les Pommes paumées
Commenter cet article